Mieux comprendre la personne souffrant de jeu excessif

Vivre avec une personne souffrant de jeu excessif est une expérience éprouvante. Le conjoint ou la conjointe, les proches, peuvent se sentir insécurisés, démunis, furieux aussi face à ce problème. Les comportements d’aide qu’ils tentent d’apporter se font souvent à leur propre détriment : On parle alors de co-dépendance.

La co-dépendance se manifeste par plusieurs étapes.

Le déni

  • J’ai de la difficulté à identifier ce que j’éprouve
  • Je minimise, modifie ou nie ce que j0éprouve réellement
  • Je me perçois comme complètement désintéressé et consacré au bien être d’autrui

Le manque de confiance en soi

  • J’ai de la difficulté à prendre des décisions
  • Je juge sévèrement tout ce que je pense, dis ou fais, comme n’étant jamais assez bien
  • Je suis gêné de recevoir de la reconnaissance, des éloges ou des cadeaux
  • Je ne demande pas à d’autres de satisfaire mes besoins ou mes envies
  • Je valorise l’approbation d’autrui concernant mes pensées, mes émotions et mes comportements plus que la mienne
  • Je ne me perçois pas comme une personne digne d’être aimée

L’adaptation

  • Je compromets mes propres valeurs et intégrité afin d’éviter le rejet ou la colère des autres
  • Je suis sensible à comment se sentent les autres et me sent pareil
  • Je suis extrêmement loyal, restant dans des situations nuisibles trop longtemps
  • Je donne plus de valeur aux opinions et émotions des autres qu’aux miennes et ai peur d’exprimer des opinions ou des émotions différentes
  • Je mets de côté mes intérêts personnels et hobbies afin de faire ce que les autres ont besoin
  • J’accepte le sexe comme un substitut à l’amour

Le contrôle

  • Je crois que la plupart des gens sont incapables de prendre soin d’eux
  • Je tente de convaincre les autres de ce qu’ils devraient penser et comment ils se sentent réellement
  • Je deviens plein de ressentiment quand les autres ne veulent pas me laisser les aider
  • Je donne librement des avis ou des conseils sans qu’on me le demande
  • Je prodigue cadeaux et faveurs à ceux dont je me soucie
  • J’utilise le sexe comme moyen d’approbation et d’acceptation
  • Il faut que je sois nécessaire afin d’avoir une relation avec autrui

Bien que leur but soit d’aider, ils s’épuisent à réparer, à compenser les problèmes du joueur et peuvent, de ce fait, retarder le moment où la personne qui joue devra faire face à la réalité, c’est-à-dire aux conséquences de ses problèmes de jeu.

La co-dépendance génère une souffrance semblable à celle que vit la personne dépendante au jeu : obsessions, compulsions, tentatives de contrôle, déni, perte de ses intérêts et de ses valeurs, …

Il est important de considérer leur besoin d’écoute et de soutien : il existe des spécialistes pouvant les aider.
Selon les estimations, il y en a environ 5 à 10 personnes affectées, plus ou moins directement et sévèrement, pour une personne dépendante.

En Suisse, la dépendance au jeu touche environ 150 000 personnes!

Vivre avec une personne souffrant de jeu excessif est une expérience éprouvante. Le conjoint ou la conjointe, les proches, peuvent se sentir insécurisés, démunis, furieux aussi face à ce problème.

Les comportements d’aide qu’ils tentent d’apporter se font souvent à leur propre détriment: on parle alors de co-dépendance.

La co-dépendance génère une souffrance semblable à celle que vit la personne dépendante au jeu : obsessions, compulsions, tentatives de contrôle, déni, perte de ses intérêts et de ses valeurs, …

Il est important de considérer leur besoin d’écoute et de soutien: il existe des spécialistes pouvant les aider.

Prévention des addictions – Parents d’ados : des...

13 Juin 2017 Cannabis légal ou illégal, première ivresse alcoolique, cigarettes dans la chambre des enfants... Comment réagir face à la consommation d’alcool,... En lire plus

OFFRE D’EMPLOI

6 Juin 2017     Le centre de prévention du jeu excessif RNVP - Rien ne va plus  recherche un-e chargé-e de projets ... En lire plus

Jeux d’argent,jeux comptant

Malgré les efforts de prévention, l'appât du gain miracle reste servi par une offre trop facilement accessible. lire l'article En lire plus

Voir toutes les actualités

Emission « La ligne de cœur » en extérieur depuis...

07/02/2017 -  De 22h à minuit ! une soirée autour des jeux et de la perte.  Si ce sujet vous interpelle, nʹhésitez pas... En lire plus

36e Forum Addictions – La parentalité à l’épreuve...

03/02/2017 -  Inscription Ce Forum aura lieu le 3 février 2017 de 8h30 à 12h à l’Amphithéâtre de la Haute École de... En lire plus

Quand le jeu est trop prenant

07/12/2016 -  «Gaming vs Gambling» ou «Le jeu vidéo versus le jeu d'argent», tel est le titre de la prochaine conférence du Forum Addictions. Olivier Glassey, professeur... En lire plus

Voir tous les événements

CONTRAT SOCIAL SANTÉ / la santé humaine est...

17 Nov 2016 «Prévention avant prestation» Dirigés par leur éthique et leur déontologie, les médecins placent la prévention avant les prestations. Depuis Hippocrate,... En lire plus

« Les jeux d’argent un fléau ignoré des parents...

31 Mar 2016 Lire l'article: Les jeux d’argent, un fléau ignoré des parents d’ados » Association des Médecins du canton de Genève En lire plus

«Il faut contrôler l’accès au Tactilo par un...

8 Mar 2016 Les professionnels de la prévention ont fait part de leur colère à la présentation du projet de loi sur les jeux... En lire plus

Voir toutes les revues de presse
  • Lorsque jouer n'est plus un jeu, un seul numéro gagnant: 0800 801 381
CIPRET
45 rue Agasse
1208 Genève
+41 22 329 11 69
info@cipret.ch

Abonnement newsletter

Association
Suivez-nous sur

A l'instar du CIPRET-Genève, l'émission 36°9 s'interroge sur l'origine des non-décisions de nos responsables politiques qui pourtant protégeraient mieux la...

19/06/2017 | facebook.com/CipretGeneve