Fumer du cannabis engendre bel et bien un risque accru de schizophrénie

Une étude génétique internationale conduite en partie au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) établit un lien de causalité jugé « robuste » entre la consommation de cannabis et le risque de schizophrénie.

Les données épidémiologiques récoltées depuis plus de quarante ans laissaient déjà fortement supposer une association entre cannabis et schizophrénie, en fonction de la dose également. Mais aucune étude n’avait jusqu’à présent permis de déterminer précisément si la plante était directement responsable de l’apparition de la maladie.

C’est désormais chose faite avec cette recherche, qui s’appuie sur une technique d’analyse nommée randomisation mendélienne. Celle-ci consiste à étudier la relation entre un facteur de risque – en l’occurrence le cannabis – et la survenue d’une maladie – la schizophrénie – au moyen de marqueurs génétiques fortement liés au facteur de risque.

écouter l’émission

Pas d’influence environnementale

L’avantage d’utiliser ces derniers repose sur le fait qu’ils sont innés et aléatoirement distribués dans la population depuis la conception. Ils ne sont pas non plus influencés par des facteurs environnementaux, comme le milieu familial ou le niveau socio-économique, a expliqué Julien Vaucher, du Service de médecine interne du CHUV, premier auteur de l’étude.

Les chercheurs se sont basés sur les données d’une publication de 2016 qui a mis en évidence dix marqueurs génétiques liés à la consommation de cannabis au sein d’une population de 32’000 individus. Les mêmes marqueurs ont ensuite été recherchés dans une base de données séparée analysant le risque de schizophrénie chez 34’000 patients et 45’000 personnes libres de la maladie.

Risque augmenté de 37%

La combinaison des informations provenant des deux sources a permis de déterminer que la consommation de cannabis est associée à un risque de schizophrénie augmenté de 37%, chiffre comparable à ceux évoqués dans les études observationnelles réalisées par le passé.

Des groupes de recherche britanniques et d’Amérique du Nord ont également contribué à ces travaux publiés dans la revue Molecular Psychiatry.

ats/fme

D’autres études nécessaires

Alors que cette substance connaît une vague de libéralisation et est de plus en plus utilisée à des fins thérapeutiques, il s’agit maintenant de mieux comprendre les mécanismes impliqués. De nouvelles études pourraient permettre, par exemple, de formuler des messages de prévention à l’intention de groupes à risques de schizophrénie ou de troubles associés, estime le Dr Vaucher.

Vu la méthode utilisée, l’étude n’a pas permis l’investigation du risque en fonction de la quantité consommée, du type de cannabis, de la manière de l’administrer ou encore de l’âge des usagers, soulignent les chercheurs. « On a mis la charpente sur la maison, mais d’autres études seront nécessaires pour élucider ces points », conclut le spécialiste.

Le cannabis est la drogue illégale la plus répandue, avec une estimation de 182 millions de consommateurs en 2013.

La FEGPA a fait son « Happy Hour Show »

19 Juin 2017 A l'occasion de la semaine alcool 2017, nous avons eu le plaisir d'organiser un spectacle humoristique et interactif réalisé par... En lire plus

Cannabis légal: «Stoppons la vente aux mineurs!»

13 Juin 2017 Genève fait partie des rares cantons où les moins de 18 ans peuvent s'acheter du chanvre légal et du tabac.  La conseillère... En lire plus

Voyage en terre peu connue du cannabidiol

CANNABIS À FAIBLE THC - Disponible en vente libre depuis plusieurs mois, il fait un carton. Reste que sa consommation... En lire plus

Voir toutes les actualités

36ème Marche contre le cancer

17/06/2017 -  Pour notre plus grande joie, nous renouons avec notre traditionnelle marche rendue possible grâce à la générosité et l’engagement de la... En lire plus

MON COLLEGUE EST UNE MACHINE-12ème Symposium HEG

23/03/2017 -  Quel sera le travail de demain ? L’impact de la robotisation sur les ressources humaines ? Les besoins en formation... En lire plus

Emission « La ligne de cœur » en extérieur depuis...

07/02/2017 -  De 22h à minuit ! une soirée autour des jeux et de la perte.  Si ce sujet vous interpelle, nʹhésitez pas... En lire plus

Voir tous les événements

Cigarette électronique: analyse

3 Jan 2017 Position de la Commission fédérale pour la prévention du tabagisme (actualisation de septembre 2016) lire l'article En lire plus

La BPOC et les nouveaux médicaments inhalés

5 Déc 2016 Dès le début de son workshop sur la BPOC et les nouveaux médicaments inhalés, le Prof. Dr méd. Jörg Leuppi, médecin-chef... En lire plus

CONTRAT SOCIAL SANTÉ / la santé humaine est...

17 Nov 2016 «Prévention avant prestation» Dirigés par leur éthique et leur déontologie, les médecins placent la prévention avant les prestations. Depuis Hippocrate,... En lire plus

Voir toutes les revues de presse
  • Lorsque jouer n'est plus un jeu, un seul numéro gagnant: 0800 801 381
  • Bourré de talent, pas d'alcool
  • 90% des fumeurs et fumeuses sont devenus accros avant leur 20 ans
  • La publicité pour le tabac séduit les jeunes et les entraîne dans la dépendance à la nicotine
CIPRET
45 rue Agasse
1208 Genève
+41 22 329 11 69
info@cipret.ch

Abonnement newsletter

Association
Suivez-nous sur

A l'instar du CIPRET-Genève, l'émission 36°9 s'interroge sur l'origine des non-décisions de nos responsables politiques qui pourtant protégeraient mieux la...

19/06/2017 | facebook.com/CipretGeneve