Interroger autrement les jeux vidéos

Les jeux vidéo doivent aujourd’hui être considé- rés comme des objets culturels au même titre que les romans, les pièces de théâtre, les films ou les morceaux de musique. Sans même ouvrir le débat d’une nouvelle forme d’art, il est évident que les jeux vidéo peuvent être interrogés, évalués et critiqués pour mieux comprendre notre société.

L’association Rien Ne Va Plus est en charge de faire de la prévention du jeu excessif dans le canton de Genève. Bien que la pratique du jeu vidéo ne soit pas malsaine en soi, elle peut avoir des conséquences négatives si elle n’est pas ré échie. A n de repousser les risques potentiels de jeu excessif, il est important de pouvoir parler de ses propres pratiques numériques et d’ame- ner les jeunes à le faire également. À travers ce genre de ré exion, nous visons une prise de conscience et de recul, bien souvent occultée par la banalisation du fait de «simplement jouer».

Même si ce loisir reste encore majoritairement mas- culin, les lles sont de plus en plus nombreuses à s’y adonner. Lorsque les statistiques prennent en compte tous les types de jeux, y compris ceux sur mobiles, un joueur sur deux serait une joueuse. La plupart des jeunes jouent donc et le font principalement suite à un e et de mode induit notamment par de puis- santes campagnes marketing. Lorsque nous deman- dons à une classe d’école «Qui joue?», toutes les mains se lèvent. En revanche, ces mêmes mains se baissent quand nous questionnons «Qui parle de jeux vidéo avec ses parents?». Généralement, le sujet est unique- ment abordé dans les familles lors de con its: l’heure d’aller au lit, de passer à table, d’aller à l’école, de faire ses devoirs, etc. Il devient alors important d’ouvrir des espaces de dialogues pour pouvoir mettre des mots sur ce qui se vit dans et autour des jeux.

Nous constatons ainsi que, si les jeunes ont un avis plutôt rationnel sur les jeux vidéo, ils ne pensent pas nécessairement à en questionner certains aspects qui semblent s’être inscrits dans une sorte de «normali- té». Combien de personnages de jeux vidéo féminins connaissez-vous? Est-ce que les jeux vidéo ne sont que pour les hommes? Avez-vous déjà vu un héros noir? Ce genre de question surprend, mais représente un point d’entrée très utile pour aborder la pratique des jeux et c’est pourquoi nous développons ce type de «décod’image» avec la fondation images et société. Les in uences multiculturelles sont en e et plutôt limi- tées, que ce soit à travers les distributions des rôles ou les stéréotypes que ses personnages véhiculent (trop) souvent. Il n’est pas rare de voir des héros masculins équipés d’armures imposantes et cohérentes, dans un univers de batailles, où la puissance est de mise, alors que les femmes sont plutôt fournies en «bikinis blindés». Ces héroïnes ne sont pas forcément moins performantes et elles sont aussi, parfois, représentées par des personnages à fort caractère, mais elles seront souvent illustrées selon les mêmes codes régissant les représentations dans les médias. Car les jeux vidéo sont comme un prisme à travers lequel il est possible de comprendre le fonctionnement de notre société; comme un microcosme à analyser pour se préparer à se questionner à plus large échelle.

 

 

Les ateliers «Jeux vidéo et débats – je vis des hauts et des bas» proposent à des adolescent-e-s de dé- couvrir ou d’explorer deux jeux pendant trente mi- nutes chacun, avant de passer à une phase de dis- cussion durant laquelle ils sont amenés à critiquer, mais aussi décrire, l’expérience vécue. Pensée pour des groupes de quatre à dix personnes, la démarche s’adresse à tous les adolescent-e-s, qu’ils soient joueurs ou non, ainsi qu’à leurs éducateurs/trices/ enseignant-e-s/parents.

Pour plus d’information, contacter l’association RNVP.  info@rnvp.ch

Niels Weber, Association RNVP, avec Eva Saro, fondation images et société

Le Conseil national refuse de restreindre la publicité...

7 Déc 2017 Après le Conseil des Etats en juin, le National a rejeté jeudi, par 101 voix contre 75, les propositions du... En lire plus

Le sort de la publicité pour le tabac...

La Chambre du peuple se penche ce jeudi sur le projet de loi d'Alain Berset. Il pourrait partir en fumée... En lire plus

Tabac: les Suisses pour une interdiction de la...

Selon une nouvelle étude, la population est également favorable à l'augmentation du prix des cigarettes.     lire la suite En lire plus

Voir toutes les actualités

JOURNEE DE SENSIBILISATION à la pratique excessive des...

30/11/2017 -  Matinée animée par l’association Rien Ne Va Plus  9h Accueil 9h15 Pratiques d’aujourd’hui : panorama et risques 10h30 Pause 10h45... En lire plus

JOURNEE DE SENSIBILISATION à la pratique excessive des...

23/11/2017 -  Matinée animée par l’association Rien Ne Va Plus  9h00  Accueil 9h15    Faites vos jeux rien ne va plus !... En lire plus

ALCOOLS, DROGUES A L’ADOLESCENCE : QUE FAIRE ?

10/10/2017 -  19h00 à 21h00 Collège Sismondi - Aula Chemin Eugène-Rigot 3 – 1202 Genève Tram 15 arrêt : Sismondi – Bus... En lire plus

Voir tous les événements

Cigarette électronique: analyse

3 Jan 2017 Position de la Commission fédérale pour la prévention du tabagisme (actualisation de septembre 2016) lire l'article En lire plus

La BPOC et les nouveaux médicaments inhalés

5 Déc 2016 Dès le début de son workshop sur la BPOC et les nouveaux médicaments inhalés, le Prof. Dr méd. Jörg Leuppi, médecin-chef... En lire plus

CONTRAT SOCIAL SANTÉ / la santé humaine est...

17 Nov 2016 «Prévention avant prestation» Dirigés par leur éthique et leur déontologie, les médecins placent la prévention avant les prestations. Depuis Hippocrate,... En lire plus

Voir toutes les revues de presse
  • Lorsque jouer n'est plus un jeu, un seul numéro gagnant: 0800 801 381
  • Bourré de talent, pas d'alcool
  • 90% des fumeurs et fumeuses sont devenus accros avant leur 20 ans
  • La publicité pour le tabac séduit les jeunes et les entraîne dans la dépendance à la nicotine
CIPRET
45 rue Agasse
1208 Genève
+41 22 329 11 69
info@cipret.ch

Abonnement newsletter

Association
Suivez-nous sur

"Après l'échec de la précédente révision, le Conseil fédéral fait des concessions à l'industrie du tabac"

09/12/2017 | facebook.com/CipretGeneve